Festival de Bellac

X

L'homme qui plantait des arbres

Une superbe fable écologique et humaniste qui prouve que le don de soi est un formidable moyen d'être heureux.

L’histoire

Un homme au cours d’une longue promenade dans les Alpes de Haute-Provence rencontre un berger. Ce berger vit seul dans ce pays hostile. Il plante des arbres. Cent arbres tous les jours sans rien attendre en retour. Quelques années plus tard apparaissent des forêts de chênes, de hêtres, de bouleaux, de frênes… L’eau est revenue. Les villages se repeuplent. La lande aride et désolée est devenue une terre pleine de vie…

Pour que le caractère d’un être humain dévoile des qualités vraiment exceptionnelles, il faut avoir la bonne fortune de pouvoir observer son action pendant de longues années. Si cette action est dépouillée de tout égoïsme, si l’idée qui la dirige est d’une générosité sans exemple, s’il est absolument certain qu’elle n’a cherché de récompense nulle part et qu’au surplus elle ait laissé sur le monde des marques visibles, on est alors, sans risque d’erreurs, devant un caractère inoubliable. Extrait du texte

Cette fable suscite un large écho à notre époque où la déforestation fait rage et l’eau vient à manquer. Elle nous apprend que les arbres sont source d’eau et de vie… Ce récit nous montre que, par de petits gestes quotidiens, des femmes et des hommes trouvent des solutions accessibles pour préserver la nature, et que ces personnes « ce peut être vous, ce peut être moi » 

 

PRESSE

TELERAMA  T T T 
La sève de la vie
Par sa simplicité et son humanisme, “L'Homme qui plantait des arbres” s'adresse à tous. C'est l'un des rares textes qui, par sa profondeur, devient intemporel. (…) L'histoire est celle d'un berger. Opiniâtre, il plante des arbres. Infatigable, il transforme un pays aride et désolant en un pays vert où l'espoir renaît.
Pas de gradins, pas de scène
Sur un plateau, très proches du public, deux interprètes : la comédienne Stella Serfaty (également metteuse en scène) porte le texte de sa voix claire et précise, pendant que la plasticienne et marionnettiste Ombline de Benque installe un univers visuel composé de bouts de bois recyclé (brindilles, planches) et de mottes d'argile. Dans ses gestes lents se lisent sérénité et persévérance. Françoise Sabatier-Morel
 
“Constance dans la grandeur d'âme”
Ici, pas de gradins, pas de scène. Pas de décor grandiose, pas de grandiloquence. Juste le texte et la matière, l'écoute et le regard. Le public, après avoir construit sa propre assise en carton, forme une ronde autour de l'installation plastique, qui se crée à vue et au fur et à mesure de l'histoire. Alors que le paysage se modifie, la marionnette de bois qui figure le berger se complexifie, grandit. Au long du spectacle, la narratrice sollicite enfants et adultes (déplacement, distribution de glands, d'eau...), qui restent ainsi actifs, attentifs.
Par sa simplicité, le spectacle s'adresse à tous. Il fait résonner cette fable écolo et humaniste en regard de l'actualité (déforestation, raréfaction de l'eau...). Et croire qu'il peut exister en un seul homme autant « de constance dans la grandeur d'âme et d'acharnement dans la générosité » fait un bien fou. Télérama - Françoise Sabatier-Morel.

 

EN (SA)VOIR PLUS

Spectacle programmé dans le cadre de la BIAM (Biennale Internationale des Arts de la Marionnette) et soutenu par la Maison du Théâtre / Amiens, la ville de Maisons-Laffitte, le Forum / Boissy-Saint-Leger, la Coordination Eau Ile-de-France, Terra Symbiosis et le CGET

D’après l’oeuvre de Jean Giono 

Mise en scène Stella Serfaty

Avec Ombline de Benque marionnettiste et plasticienne & Stella Serfaty comédienne

Direction de jeu François Frapier 

 

 

INFORMATIONS ET RÉSERVATIONS

05 55 60 87 61
info@theatre-du-cloitre.fr

THÉÂTRE DU CLOÎTRE

Association Bellac sur Scène
Rue Gérard philipe
87300 Bellac
Haute-Vienne • Limousin

LETTRE D'INFORMATION

RÉSEAUX SOCIAUX

Retrouvez toutes les actualités de l'association, du festival…

Dailymotion Facebook Le blog