X

Dernière d’une geisha

Un tambour très puissant annonce le début de la cérémonie. Trois coups. Comme ceux que l’on entend dans les monastères zen le matin avant la première méditation. Comme les trois coups du théâtre avant la levée de rideau. Ils marquent l’entrée de la geisha et le commencement de Nonô, cérémonie traditionnelle dédiée à l’ultime représentation d’une geisha.

Elle est jeune mais va mourir bientôt. Elle doit célébrer son Nonô avant qu’il ne soit trop tard : être sur scène pour la dernière fois, aller vers sa mort en conscience, portée par la présence et le regard des témoins. Son visage est voilé par un maquillage blanc. Elle porte une perruque traditionnelle, de longs kimonos traînant derrière elle, et de très hautes zoris (chaussures des geishas). C’est elle qui a tout mis en scène, tout préparé, tout décidé de la forme que doit prendre sa cérémonie Nonô. Elle a choisi des contes zen, des haïkus et des textes, qu’elle a spécialement écrit pour sa dernière représentation (extraits – « Les mémoires d’Hadrien », Marguerite Yourcenar). Son Nonô sera celui d’une longue traversée, où les sons porteront le progressif amenuisement de l’espace et du temps, son propre décompte.

Nous sommes invités à une cérémonie traditionnelle japonaise. Une cérémonie recréée pour le spectacle, influencée par les formes du zen, notamment l’habit et les sons (tambour japonais, cloches etc.). Le zen a considérablement influencé la culture japonaise : les jardins, la cérémonie du thé, la calligraphie et le sumi-e, le haïku, l’architecture, la cuisine ou encore le théâtre Nô et la danse Butô. Ici, ce sont les contes qui serviront de  support  dramatique.  Pour  chaque histoire, on entend le rythme  singulier  et  les  ruptures  théâtrales.  On y trouve toujours à la fin un retournement de situation, un événement inattendu qui peut laisser perplexe, plus encore que dans nos contes traditionnels. C’est le propre du zen : piquer l’esprit, nous rappeler à cet instant présent sacré et changer de point de vue pour mieux voir, comme le théâtre met en scène des situations qui bousculent nos croyances et nos certitudes. Les sujets abordés sont multiples : l’avidité des hommes, le sens de la vie, l’écart entre un point de vue et la réalité... [...] Thomas Dardenne

EN (SA)VOIR PLUS

Production Compagnie Koan Création soutenue par le Théâtre du Cloitre – scène conventionnée de Bellac, Graines de rue / Bessines, Théâtre Expression 7 / Limoges

AUTOUR DU SPECTACLE

Compagnie en résidence de création à Bellac.

Ecriture et mise en scène Thomas Dardenne

Interprétation Emilie Maréchal

Création lumière et son  Sébastien Budria

Achetez vos places

INFORMATIONS ET RÉSERVATIONS

05 55 60 87 61
info@theatre-du-cloitre.fr

THÉÂTRE DU CLOÎTRE

Association Bellac sur Scène
Rue Gérard philipe
87300 Bellac
Haute-Vienne • Limousin

LETTRE D'INFORMATION

RÉSEAUX SOCIAUX

Retrouvez toutes les actualités de l'association, du festival…

Dailymotion Facebook Le blog