Théâtre du Cloître Scène conventionnée de Bellac

2020/2025 "s’émanciper"

Depuis février 2015, le Théâtre du Cloître développe un projet en dialogue avec le territoire du Haut-Limousin et ses habitants. Pour cela, l’équipe du Théâtre du Cloître met en place deux missions complémentaires : l’accompagnement des artistes et des œuvres sur le territoire du Pays du Haut-Limousin, et l'association des personnes à toutes les étapes des processus de création. Après le départ de Catherine Dété et avec l'arrivée de Thomas Desmaison, le Théâtre du Cloître souhaite accentuer cette double dynamique, dans un but simple : s'émanciper, ensemble.

Projet Image 1

Une ressource de vitalité

La "culture", ça veut dire quoi au juste ? S’est-on déjà vraiment posé la question, que ce soit depuis le début de la crise sanitaire actuelle ou, même, depuis la création du "Ministère des affaires culturelles" ? S’est-on réellement arrêté un moment, pour respirer, et dépasser nos préjugés sur ce que veut dire "la culture" ?

Non, la "culture" n’est ni un secteur professionnel particulièrement dépourvu de moyens et désuni, ni l’apanage d’un cercle de privilégiés aisés. La "culture" n’est pas non plus un "monde" isolé, un système stellaire dont il faudrait définir de nouveaux moyens d’exploration. Non, la "culture" ne se résume pas qu’aux dispositifs de politiques publiques, aux industries, aux mécènes ou aux initiatives militantes de "son" secteur. Non, la "culture" ne se décrète pas, ne se réduit pas. Elle n’est pas singulière, elle n’est pas à part, elle n’est pas déconnectée de certains êtres humains, qui devraient être convaincus qu’ils ont des efforts à fournir pour "y accéder". Tout au contraire, elle est partout, elle est générale, elle s’inscrit partout où l’être humain a apposé une marque. Elle est parfois visible, parfois invisible, mais jamais défaillante. La "culture", c’est ce qui nous relie, ce qui nous permet de communiquer tout en nous singularisant. C’est un acte d’engagement envers l’autre afin de mieux être soi.

En orientant de manière radicale le projet du Théâtre du Cloître vers le respect des droits humains fondamentaux, il convient de mieux prendre part au dialogue des libertés. Il est possible d’envisager autrement la place des artistes et la place des spectateurs, pas uniquement en face-à-face, ou en "quinconces" dans les travées, mais liés ensemble dans un objectif commun : faire un peu mieux humanité ensemble. Pour les équipes artistiques comme pour les personnes à qui l’on offre, non pas un "accès à", mais une "relation avec", le Théâtre du Cloître et Bellac sur Scène sont aptes à produire plus de capacités, plus de dignités, plus de libertés.

Un objectif : redéployer une ressource de vitalité, qui permet à toutes et tous de s'exprimer plus librement et d'avoir plus d'opportunités d'agir.

En un mot : s’émanciper.

Historique

Créé en 2002 dans le cadre de la charte des missions de service public du spectacle vivant en Régions, mise en place par Catherine Trautmann, le Théâtre du Cloître est géré depuis son ouverture par l'association Bellac sur Scène aux termes d’une convention signée avec la Ville de Bellac, la Communauté de Communes du Haut-Limousin, le Département de la Haute-Vienne, la Région Limousin et le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Limousin). Cependant, l’histoire du Théâtre du Cloître est plus ancienne puisqu’elle est associée à l’histoire d’un festival, le Festival National de Bellac, né en 1953 et qui a fêté en juillet 2021 ses 68 ans d’existence.

Tout commence en 1953…dans la ville natale de Jean Giraudoux.

Au début des années 50, André Cluzeau, maire de Bellac, avait eu l’intuition que la commune pourrait appuyer son développement sur la notoriété nationale et internationale de l’œuvre d’un enfant de la ville à jamais inspiré par ses origines : Jean Giraudoux.
La création d’un festival autour de l’œuvre Jean Giraudoux lui fut "soufflée" en 1952 par Louis Jouvet, lors de l’inauguration d’un monument dédié à l’écrivain. L’année suivante, André Cluzeau crée, en compagnie d’un metteur en scène, une coopération ouvrière de production, pour monter chaque été à Bellac, un festival de théâtre en l’hommage de Jean Giraudoux.

49 ans plus tard, le festival de théâtre, devenu pluridisciplinaire, donne naissance en 2002, au Théâtre du Cloître.

La ville de Bellac et la communauté de communes du Haut-Limousin décident après plus de 40 ans de présence artistique sur le territoire par l’intermédiaire du festival, d’intensifier ce développement artistique de manière plus ambitieuse, en édifiant un équipement culturel, le Théâtre du Cloître.
Outre la création de ce formidable équipement culturel, le festival a fortement modelé la cité durant ces 40 années. Bellac possède désormais "sa" Médiathèque Jean Giraudoux, "son" Collège Louis Jouvet, "son" Lycée Jean Giraudoux et son option théâtre…

Inauguré en octobre 2002, le Théâtre du Cloître devient dès 2005 une Scène conventionnée pour les écritures contemporaines littéraires, théâtrales et cinématographiques sur le projet proposé par son premier Directeur Philippe Cogney. Appelée par les mêmes partenaires à pérenniser le Festival National de Bellac, l’association Bellac sur Scène a en charge dès 2007, l’organisation du festival qui couronne chaque été la saison, en juillet.

Le conventionnement par le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Limousin) du projet artistique du Théâtre du Cloître aidera entre autres à amplifier les actions d’aides à la création contemporaine, en intensifiant l’accueil d’artistes en résidence, avec un accompagnement plus fort de leurs projets et la volonté de densifier la rencontre entre l’artiste et la population, en proposant notamment des tournées "hors les murs" dans de nombreuses communes grâce à un réseau de salles polyvalentes requalifiées pour accueillir des représentations de spectacle vivant.
En octobre 2010, Philippe Cogney quitte la direction du Théâtre du Cloître pour prendre celle de la Scène Nationale de Dieppe en Haute-Normandie. Il sera succédé par Stéphane Aucante, directeur de mars 2011 à juillet 2014.

Reconnu pôle théâtral, artistique et culturel structurant pour le nord de la Haute-Vienne, le Théâtre du Cloître est en février 2015 confié à la direction de Catherine Dété.

Le projet artistique proposé pour les années 2015 à 2020 s’élargit à tout le territoire du Pays du Haut Limousin avec l’ambition d’inscrire le Théâtre du Cloître comme un lieu de création de référence du spectacle vivant dans la nouvelle Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes.

Fort de ce patrimoine d'actions, de programmations vivantes et de partenariats très riches, Thomas Desmaison propose en 2020 un projet de direction articulé autour du référentiel des "droits culturels des personnes", intitulé "s'émanciper". 

historique

Poursuivre le travail de relations avec les communes et les personnes du Haut-Limousin, en lien avec les territoires et les structures voisins, affirmer le Théâtre du Cloître comme une ressource qui contribue à une vitalité locale, encourager le travail des artistes comme un levier de relation d'humanité et entre les libertés : voici l'ambition d'émancipation que promeut le nouveau directeur avec les équipes salariées et bénévoles. Le Festival et la saison s'entremêlent et poursuivent l'oeuvre de rassemblement et de rayonnement du Haut-Limousin en Marche vers le reste de la Région Nouvelle-Aquitaine et au-delà.