Les compagnies en résidence de création

X

Cie des tÂchÉ.e.s

L'oeuvre d'Alistair Mc Dowall au coeur des interrogations d'une époque.

Manchester. Ollie part à la recherche de sa soeur jumelle disparue, soeur jamais rencontrée jusque-là. Sa quête va la mener à Pomona, une friche urbaine, une île isolée au coeur de tous les trafics. Ce trou au milieu de la ville devient alors un terrain de jeu.
L’enfer urbain et contemporain que dépeint Mc Dowall se déploie dans un contexte explicitement basé sur les histoires d'épouvante de l'auteur américain HP Lovecraft. Une multitude de personnages se croisent, s’aident, se trahissent, s’entretuent. Tout cela dans une spirale infinie, parfois réelle, parfois fictive.

Une métaphore de plusieurs réalités que nous choisissons de ne pas voir : les inégalités provoquées par la mondialisation, la surconsommation, la misère et la violence humaine.

Je voulais écrire une pièce qui se déroulerait dans le monde d’aujourd’hui, au sein de cette culture regorgeant d’informations et hyperconnectée que nous nous sommes construite.
A. Mc Dowall

Dans Pomona, les personnages sont à l’image du texte : complexes, inattendus, enivrés de folie mais surtout de violence.
La considération de la vie des autres ne semble avoir pour eux aucune valeur, sinon commerciale. Ils sont dépourvus de limites et de morale. Aucun d’eux ne souhaite « s’impliquer ».
Alistair Mc Dowall dresse une critique acérée de la façon dont nous transformons d’horribles réalités en histoires, en jeux (par exemple via les escapes games). Jeux qui nous permettent de déculpabiliser, de ne pas être nous-même le temps d’une partie et d’en oublier nos morales, nos codes. L’augmentation de ces distractions libérant notre brutalité ne risque-elle pas de nous mener vers une Pomona généralisée ?
Le plateau peut alors devenir cet espace d’évasion, cette jonction entre la réalité et la fiction où les comédien.ne.s toujours présent.e.s au plateau vont explorer cette marginalité violente qui se déploie à Pomona. Les lieux à la marge sont généralement des endroits vides, sinistres et à la fois sublimes à mon sens, car dénués de constructions et d’aménagements. Je pense à Berlin qui regorge de grands terrains vierges, composés seulement de végétation et de tags. C’est un réel terrain de jeu pour les comédien.ne.s, qui peuvent s’approprier l’espace et en faire un territoire, leur territoire. Il serait intéressant, à mon sens, de jouer Pomona dans des lieux différents, que la partie puisse se jouer aussi bien dans des salles de théâtres que dans des endroits en marges, non conventionnels.

Production : Cie des tÂchÉ.e.s Avec le soutien de : La Métive, lieu international de résidence de création artistique, Le théâtre du Cloître, scène conventionnée de Bellac Résidences : La Ferme du Buisson, Septembre 2019, l’Etoile Bleue, Juillet 2020, résidence dramaturgique avec Fred Hocke, 7 au 11 septembre 2020, résidence dramaturgique avec Marie Roth, 11 au 16 juillet 2021, l'Etoile Bleue, du 13 au 18 Septembre 2021

Texte : Alistair Mc Dowall

Traduction : Jean-Marc Lanteri

Mise en scène et scénographie : Adèle Bensussan

Dramaturge : Marie Roth

Administration : Elizabeth Fély

Création lumière : Laurie Sanchez

Créateur sonore / musicien : Alexis Choplain

Régie : Marion Koechlin

Costumière : Annie Melza Tiburce

Avec : Richard Dumy, Lucile Durant, Brieuc Le Guern, Noémie Naël, Anna Sorin, Fabien Terreng

Structure d’accompagnement en production et diffusion : Instants Libres

INFORMATIONS ET RÉSERVATIONS

05 55 60 87 61
info@theatre-du-cloitre.fr

THÉÂTRE DU CLOÎTRE

Association Bellac sur Scène
Rue Gérard philipe
87300 Bellac
Haute-Vienne • Limousin

LETTRE D'INFORMATION

RÉSEAUX SOCIAUX

Retrouvez toutes les actualités de l'association, du festival…

Dailymotion Facebook Le blog