Les compagnies en résidence de création

X

Cie du Dagor

Les Dagor poursuivent leur étude de la relation mère-fils, avec la sensibilité et la justesse qui les caractérisent.

Nous avons tous les trois une mère.
Deux d’entre nous sont des fils, l’une d’entre nous est mère d’un garçon.
Nous collectionnons les histoires de mères, sans aucun doute.
Mais savons-nous ce que font nos mères lorsqu’elles sont seules ? Lorsque nous les quittons ? Lorsque leur rôle de mère s’amoindrit ?
Font-elles la fête de leur liberté retrouvée ? Sombrent-elles dans des abîmes de détresse ?
Peuvent-elles vivre après nous ?
Une mère seule, sans enfant, s’appelle-t-elle encore une mère ?
Est-ce que chaque enfant comble le vide inconsolable de chaque mère ?

Il est écrit quelque part que lorsque l’enfant naît, il est de fait séparé de l’unité qu’il forme avec sa mère, unité qui fait la force de l’une et de l’autre, unité protectrice mutuelle. Alors, de fait, toute sa vie, l’enfant cherche à pallier cette séparation qu’est la naissance, à apaiser ce sentiment inconsolable d’abandon.
Et la mère le couvre d’amour à sa manière de mère, c’est à dire comme elle le peut, avec les moyens qui sont les siens. Parfois dévoratrice, parfois culpabilisante, parfois désinvolte, parfois castratrice mais aimante, toujours.

Nous avons envie de raconter la danse qui se joue entre mère et fils. Les mouvements contradictoires de cet amour si particulier entre fusion et désir d’autonomie.
La difficulté de trouver le bon endroit de la relation, quel que soit l’âge de la mère et de l’enfant.
Toute la beauté de cette danse infinie qui continue encore après la mort de l’une ou de l’autre.
Quand le fantôme de l’une hante l’autre et inversement, quand par flash, nous nous apercevons que nous ressemblons de plus en plus à nos parents et que cela provoque plutôt l’angoisse que le ravissement….

Deux acteurs : la mère, le fils et c’est tout.
Des mots et des situations simples du quotidien.
De la musique et des corps qui dansent, souvent.
Le ballet d’un couple hors du commun.

Production : Cie du Dagor Co-production : Le Gallia théâtre-Scène conventionnée de Saintes, les 3T-Scène conventionnée de Châtellerault, TMC-Scène conventionnée de Coutances, Théâtre Ducourneau-Agen, Théâtres en Dracénie-Scène conventionnée de Draguignan, OARA-Nouvelle Aquitaine Co-production et accueil en résidence : DSN-Dieppe scène nationale, Le Bateau-Feu-Scène nationale de Dunkerque, Scène nationale d’Aubusson-Théâtre Jean Lurçat Accueil en résidence : Théâtre du Cloître-Scène conventionnée de Bellac Texte lauréat de l’Aide à la création de textes dramatiques-ARTCENA Avec la participation artistique de l’ENSATT Avec l’aide de la SPEDIDAM et du Fonds SACD Théâtre

AUTOUR DU SPECTACLE

Voir le détail

Répétition en présence des élèves de l’Option Théâtre du Lycée Jean Giraudoux à Bellac le jeudi 7 octobre 2021.

Texte : Thomas Gornet
Direction artistique : Cie du Dagor

Avec : Pierre Bidard, Aurélie Edeline
Scénographie : Emmanuelle Debeusscher
Costumes : Sabrina Noiraux
Lumières : Claude Fontaine
Régie lumières : Tof Goguet
Création sonore : Adrien Ledoux
Régie générale & régie son : Jonathan Prigent
Travail chorégraphique : Génia Chtchelkova

INFORMATIONS ET RÉSERVATIONS

05 55 60 87 61
info@theatre-du-cloitre.fr

THÉÂTRE DU CLOÎTRE

Association Bellac sur Scène
Rue Gérard philipe
87300 Bellac
Haute-Vienne • Limousin

LETTRE D'INFORMATION

RÉSEAUX SOCIAUX

Retrouvez toutes les actualités de l'association, du festival…

Dailymotion Facebook Le blog