Les compagnies en résidence de création

X

Les rejetons de la reine

Tout jeune collectif bordelais plein de fougue et de talent, Les Rejetons sont pour la première fois invités à Bellac, pour finaliser leur première création.

La fable
Un couple, monsieur et madame tout le monde, reçoivent à déjeuner leur fille, et sa
nouvelle petite amie, Lise, qui se révélera être une violente activiste anti-capitaliste.
La radicalité de sa position face au monde va pousser chacun à se positionner avec la même radicalité. Nous suivons donc Lise comme un fil rouge ; son combat pour se faire
accepter dans cette famille, comme celui pour faire accepter ses idées, au long de cette pièce protéiforme, et des nombreuses métamorphoses qui la constituent. Le père porte un regard romantique sur sa lutte politique, la mère est autant fascinée que terrifiée, et leur fille - sa petite amie - regarde cela avec un cynisme moqueur. Naviguant entre différents mode de fictions, différents points de vue, les personnages deviennent tour à tour des
victimes, des bourreaux, des héros, des monstres les uns pour les autres.
Jusqu’à s’entredévorer.

Le point de départ de ce spectacle est une réflexion commune avec les membres du collectif, sur la notion de fiction, et sa place dans nos vies quotidiennes. La fiction n’étant pas ici ce qui est faux, mais ce qui se construit dans nos imaginaires. Dans notre rapport au monde d’abord : quelle est la part de fiction dans mon rapport au politique, aux actualités, à l’Histoire, à l’argent, au pouvoir, à la science…? Mais aussi dans une sphère plus intime : quelle est la part de fiction dans ce que je projette sur les autres, dans ce que je projette de ce que les autres pensent de moi... et d’où vient cette nécessité à être le héros de sa propre vie ? La nécessité, pour pouvoir la comprendre, de poser une narration sur sa propre vie ? Et si l’on retire tout ce qui est fiction, que reste-t-il, au juste? La pièce s’ouvre sur un repas de famille. Cette situation d’abord réaliste et quotidienne va commencer à être perturbée par des ”bugs” : une réplique qui se répète, un silence étrange… on ne parvient pas à savoir si c’est une sensation de déjà-vu, les acteurs qui se trompent, où les personnages qui court-circuitent. Puis l’on quitte imperceptiblement le réalisme pour entrer comme dans un rêve, ou un cauchemar. La situation va se répéter en boucle, avec toujours de légers décalages, nous amenant à percevoir ce repas de famille par le prisme de chacun des personnages. Nous plongeons ainsi dans une boucle infernale, une suite de variations sur le mode de la fugue. Les rôles s’échangent et se modifient, jusqu’à des situations délirantes, comiques, épiques, appelant un jeu expressionniste et maximaliste, pour revenir parfois à une réalité glaçante. Chacune des ses variations entremêlées donne à voir les fantasmes des personnages, et ce qui se joue d’abyssal derrière l’apparente quotidienneté de nos vies, du “small-talk”, et de nos relations sociales. Un Poignard dans la poche se pense comme une expérience à part entière vécue par le spectateur, et a pour vocation à décaler sa vision du monde et des rapports humains, en y débusquant les endroits de fiction et de fantasme.
Simon Delgrange

Produit par le TNBA - Théâtre National Bordeaux Aquitaine En coréalisation avec l'OARA - Office Artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine

Texte : Simon Delgrange
Jeu : Jérémy Barbier d’Hiver, Clémentine Couic, Alyssia Derly, Julie Papin
Regards : Simon Delgrange, Franck Manzoni

INFORMATIONS ET RÉSERVATIONS

05 55 60 87 61
info@theatre-du-cloitre.fr

THÉÂTRE DU CLOÎTRE

Association Bellac sur Scène
Rue Gérard philipe
87300 Bellac
Haute-Vienne • Limousin

LETTRE D'INFORMATION

RÉSEAUX SOCIAUX

Retrouvez toutes les actualités de l'association, du festival…

Dailymotion Facebook Le blog